lundi 5 février 2018

Nice est en Provence

Antoine Sardou est un migrant provençal à Paris. Directeur d'institut, il s'illustre par la publication d'ouvrages pédagogiques sans négliger l'histoire, la géographie et la langue de l'Occitanie. Il est le père de l'académicien français Victorien Sardou.

En 1878, il publie cette étude sur le niçois dans les Annales de la Société des lettres, sciences et arts des Alpes-Maritimes. L'objectif est autant linguistique que "patriotique". Il s'agit de justifier l'annexion de Nice à la France, au prétexte qu'il s'y parle provençal, une langue "française".
La critique est sévère, comme celle de Paul Meyer, dans Romania, que nous reproduisons ici.
Mais Sardou continuera de publier, notamment une Grammaire Niçoise, avec Calvino.

En 1881, il devient Majoral du Félibrige (Cigale de Nice). Il est le premier capiscòl de l'Escola de Bellanda.
Son décès en 1894 est mentionné par Mistral, dans l'Armana Prouveçau de 1895.

Cliquez ici pour lire ou télécharger L’idiome niçois. Ses origines, son passé, son état présent d'Antoine Léandre Sardou (n°115 des Documents pour l’étude de la langue occitane) sur le site de l’IEO Paris.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire